24 Mars 2011

Ma part du gâteau

Ma part du gâteau

Un film de Cédric Klapisch

France, ouvrière, vit dans le nord de la France, à Dunkerque avec ses trois filles.
Son ancienne usine a fermé et tous ses collègues se retrouvent comme elle au chômage. Elle décide de partir à Paris pour trouver un nouveau travail. Elle va trouver un stage pour devenir femme de ménage. Assez rapidement, elle se fait engager chez un homme qui vit dans un univers radicalement différent du sien. Cet homme, Steve est un trader qui a réussi, il travaille entre la City de Londres et le quartier de la Défense à Paris.

L'avis de Patchouli

Patchouli

Le film qui vous coupera l'appétit.

Pourquoi payer l'entrée ?

- Après le pathétique Rien à déclarer, Karin Viard revient en pleine forme dans le rôle de la quadragénaire indépendante et forte. Une chose est sûre : on ne pouvait pas lui confier pire personnage que celui de la patronne de brasserie excentrique, attribué par Dany Boon. Merci Monsieur Klapisch pour avoir redoré la carrière de notre bien-aimée Karin !
- Gilles Lellouche a beau jouer un trader sans scrupule, désintéressé par son rôle de père et terriblement macho, il parvient toujours à garder un côté sympathique. Sa force : son jeu naturel qui nous rappelle toujours quelqu'un de notre entourage. Gilles, c'est un peu comme un pote, quoi !
- Moi quand je serai grande, je veux être Karin Viard ! Être aussi svelte à 45 ans, quel rêve ! Enfin il faudrait déjà que je le sois à 25… L'actrice nous en met plein la vue avec sa classe et son charme naturel. Les petites jeunettes n'ont qu'à se rhabiller !

Pourquoi râler à la sortie ?

- Si vous avez aimé Klapisch pour l'Auberge espagnole, les Poupées russes ou encore Paris… détournez votre chemin ! Cette fois-ci notre réalisateur se lance dans le film social, mais aurait du s'abstenir. Espérons juste que Klapisch en soit à son premier et dernier essai.
- Ouh le méchant trader, il est tellement méchant qu'il n'a ni ami, ni fiancée. On ne l'envie pas du tout pour son argent, franchement, on préfère être pauvre et habiter Dunkerque que manger des petits fours avec de riches héritiers dans 300m2 à Paris ! Bien essayé mais ça ne prend pas !
- C'est bête. J'étais bien installée, je riais aux quelques sketches qui s'enchaînaient, quand soudain une musique oppressante débarque, un retournement de situation complètement absurde, le tout pour terminer en queue de poisson… Un conseil, attendez plutôt la sortie DVD, et coupez le film au milieu, ce sera bien suffisant !

barometre

L'avis du Mâle

Mâle

Non merci, plus de gâteau ! Bien trop gras !

Pourquoi payer l'entrée ?

- Un grand merci à Gilles Lellouche et Karin Viard pour avoir participé à ce film ! Grâce à eux, je tiens l'unique point véritablement positif de ma critique ! Comme à leur habitude, ils excellent tous les deux dans leur rôle et apportent une véritable touche de fraicheur à l'ensemble qui a comme un léger goût de rance ! Du fond du cœur, merci !
- Ami parisien, tu as envie de te foutre de la gueule des provinciaux qui conduisent bourrés, chantent des chansons paillardes, vivent à quarante sous le même toit et bouffent des pâtes à la tomate ? Klapisch a la solution ! Ah merci pour cette vision si "sociale" de notre cher pays !
- Mention spéciale à Audrey Lamy qui arrive tout de même à avoir son nom en troisième position écrit en gras au générique ! Dommage qu'on ne l'aperçoive pas plus de trois fois dans tout le film et surtout dommage pour tous les autres acteurs qui n'ont pas eu cette chance ! Comme quoi les séries, ça aide bien !

Pourquoi râler à la sortie ?

- Attention, Klapisch s'attaque aux films sociaux tel un Godzilla en pleine crise d'adolescence ! C'est bordélique, stéréotypé, sans finesse, indigeste et au final on n'en retient strictement rien ! Au moins dans un bon Godzilla on se fendait la poire !
- Je suis un peu perdu avec toutes ces pirouettes narratives ! C'est une comédie ou un drame social ce film ? En tout cas, que se soit l'un ou l'autre, c'est raté ! C'est sûr, à force de vouloir sauter en permanence d'un style à l'autre on finit toujours par se casser la gueule !
- C'est bien connu, le trader est un véritable enfoiré sans scrupule et les ouvriers, des honnêtes gens droits et sympathiques ! Même Disney n'aurait pas fait mieux niveau manichéisme sur ce coup-là ! Quand on ne maîtrise pas un sujet, mieux vaut s'abstenir ! C'est bon Ken Loach n'a pas de soucis à se faire !

barometre


Voir toutes les critiques