31 Août 2011

La Piel que Habito

La Piel que Habito

Un film de Pedro Almodóvar

Depuis que sa femme a été victime de brûlures dans un accident de voiture, le docteur Robert Ledgard, éminent chirurgien esthétique, se consacre à la création d’une nouvelle peau, grâce à laquelle il aurait pu sauver son épouse. Douze ans après le drame, il réussit dans son laboratoire privé à cultiver cette peau.

L'avis de Patchouli

Patchouli

Quand Antonio et Pedro font joujou avec la peau.

Pourquoi payer l'entrée ?

- Découvrez Almodóvar sous un nouveau jour. Avec La Piel que Habito, le réalisateur nous dévoile, sans aucun doute, son film le plus sombre. Préparez-vous à être surpris par cette œuvre coup de poing, où se mêlent folie et tragédie. Un Almodóvar, plus noir que noir.
- On connaissait Antonio Banderas pour son charme et sa sensualité. Le voici dans un tout nouveau registre : le chirurgien reconverti en boucher ! Cette fois-ci l’acteur dépasse le cliché du sex symbol afin de nous montrer l’étendu de son talent. Et c’est réussi ! J’en frissonne encore.
- Même vêtue d’une grenouillère géante, Elena Anaya reste sublime dans son rôle de femme objet, véritable cobaye de la chirurgie. Mais qu’ont-elles de plus que nous ces Espagnoles ? On en deviendrait presque jalouse.

Pourquoi râler à la sortie ?

- Almodóvar a beau nous séduire par son excentricité, pour le coup, il aurait pu la laisser au placard… Mais que vient faire un braqueur déguisé en tigre en plein milieu de ce thriller haletant ? Je me pose encore la question. Allez Pedro, avoue, c’était un pari ?
- A en croire Pedro, le bistouri, c’est simple comme bonjour ! Trois coups de cutter par-ci par-là, un peu de super glue, et vous voici en pleine forme, avec une nouvelle peau ! C’est pas tout mais… j’vais m’faire une petite liposuccion moi…
- Meurtre, suicide, viol, mutilation… ça fait beaucoup pour un seul film ! Notre réalisateur espagnol ne ferait-il pas concurrence à un certain Lars Von Trier ? A croire qu’ils se sont mis d’accord pour nous faire déprimer tout le mois d’août avec leurs deux films à l’affiche…

barometre

L'avis du Mâle

Mâle

Manque de peau, Antonio sort ses grands couteaux !

Pourquoi payer l'entrée ?

- Ah qu’il est bon de revoir le duo Almodóvar / Banderas se reformer après tant d’années ! Pas de doute, l’alchimie fonctionne encore à merveille et fait des ravages ! Leur duo, c’est comme le bon vin, ça se bonifie avec le temps.
- Bien loin de ses productions habituelles, Almodóvar nous livre son film le plus dérangeant. Pervers et angoissant à souhait, La Piel que Habito possède tous les ingrédients pour vous faire passer une bonne nuit… de cauchemars !
- L’une des grandes forces de ce film est sans conteste son acteur principal : Antonio Banderas. Méticuleux et manipulateur, il y interprète avec brio un chirurgien obsédé par ses expériences interdites. Pas de doute, on a trouvé notre nouveau Patrick Bateman !


Pourquoi râler à la sortie ?

- Le problème avec Almodóvar, c’est qu’il a tendance à trop se lâcher ! Quand on voit débarquer un braqueur de banque déguisé en tigre, là on commence à se poser des questions ! C’est bien d’être original mais parfois le mieux c’est de savoir s’arrêter !
- Pedro Almodóvar ferait-il de la pub aux chirurgiens esthétiques en nous ventant la simplicité du passage sur le billard ? Malheureusement pour vous Mesdames, le beau chirurgien Antonio ne prend plus de patientes... Ne vous inquiétez pas, Jocelyn Wildenstein, dite « La Féline », connaît de bonnes adresses !
- Autant vous le dire tout de suite, si vous pensez voir une petite comédie à la Nip/Tuck, je vous conseille de passer votre chemin. Ici Antonio ne fait pas dans la déconne mais plutôt dans la découpe ! Chacun son style…

barometre


Voir toutes les critiques